Rapportage sur l' atelier "VOICES m-agriculture" à Bamako

 

Mardi, le 23 Avril de 2013, l'atelier final du project VOICES sur le pilote m-Agro pour le partage des connaissances a eu lieu à l'Azalaï Hôtel Salam, à Bamako, Mali.

L'événement a réuni 71 représentants des organisations paysannes, stations de radio communautaires, ONGs,  organisations internationales donatrices, entreprises TIC locales, opérateurs télécoms, le ministère malien de la communication et le ministère de l'agriculture, des universités, l'ORTM, le service national de radiodiffusion et d'autres organisations. Le vice-ministre de Communication fait l'ouverture de l'atelier. Après il y avait des présentations par Mary Allen (Sahel Eco) et Stéphane Boyera (Web Foundation), présentant le projet VOICES, et ses objectifs.


Stéphane Boyera introduit le thème des technologies à base de voix pour les gens non-alphabetisées,  leur permettant d'améliorer la communication, et de créer et partager du contenu, en utilisant seulement un téléphone ou une radio.

Amadou Tangara (Sahel Eco) et Nana Baah Gyan (VU Amsterdam) présentaient les services vocaux, qui ont actuellement été mis en oeuvre: Tabale, Foroba Blon et RadioMarché.

Lamine Togola de Radio Rurale, présenta un autre projet, qui travaille avec des radios pour le développement rural.

Une présentation était en langue bambara, faite par deux producteurs de miel, M. Zakary Diarra et Mme Naomi Dembelé, habitants la région de Tominian. C'était une  témoignage des avantages du service RadioMarché à partir d'un point de vue très personnel. Les deux agriculteurs ont remarqué une augmentation de leurs ventes, imputable à la RadioMarché. RadioMarché les aide à trouver de nouveaux clients. Zakary et Naomi ont été impliqués dès le début dans les activités de co-création pour la conception et la mise en œuvre de RadioMarché. Naomi et Zakery n'ont que des mobiles simples, et ils ne parlent pas français. Naomi dit que la plupart des femmes agricultrices de son village ne ​​lisent ni écrivent, donc les systèmes à base de voix sont absolument pertinents pour ce group.

Après le déjeuner, tous les participants étaient invités à réfléchir en petits groupes (6-8 personnes) au sujet de l'utilisation future, les avantages et les contraintes de services basés sur la voix en faveur des communautés rurales au Mali. Les résultats de toutes les discussions de groupe ont été présentés en séance plénière, et serviront à orienter le développement futur des services sur voix au Mali et dans la sous-régio.

 

Téléchargez le programme de l'atelier ici.

Couverture dans la presse malienne après la conférence. Mali NTIC